Le cinéma à cette particularité d’être un art qui se compose lui-même de plusieurs formes d’art : L’écrit (même si écrire un scénario implique des considérations très différentes de celle d’un roman), la musique, le théâtre et bien entendu… l’image !

Rappelons que l’étymologie du mot « cinéma » signifie littéralement « écrire par l’image« .

Dans cet article, je vous propose justement de parler de l’image au cinéma, et de la manière d’aborder celle-ci. Lorsqu’il s’agit de faire un dessin, une photographie, une peinture, ou un plan de cinéma, on évoque très souvent l’importance de certaines règles de composition. La notion de composition de l’image, correspond à l’idée qu’une image peut être organisée et structurée d’une manière intentionnelle. La règle de composition la plus communément répandue est celle de la règle des tiers.

La règle des tiers (à ne pas confondre avec la règle du nombre d’or) est fondée sur le besoin d’apporter une certaine proportionnalité, ainsi qu’un certain équilibre dans la composition d’une image. L’idée est de placer son sujet principal à un endroit bien spécifique de l’image. En plaçant le sujet à cet endroit, vous pouvez rendre votre composition plus agréable et plus naturelle.

L’oeil d’un individu issu d’une culture occidentale, parcours naturellement une image de gauche à droite et de haut en bas. La règle des tiers part de ce principe et divise une image en trois parties égales, verticalement et horizontalement.

Lorsque vous divisez votre image en plusieurs espaces, vous pouvez vous rendre compte de la place que le sujet filmé tient dans l’ensemble de votre composition.

Pour bien comprendre la règle des tiers et la mettre en oeuvre, vous devez donc avant tout analyser l’ensemble de votre image et identifier les différents éléments de sa composition. Vous devez ensuite définir quel est votre sujet principal et le mettre en évidence au sein du contexte dans lequel ce sujet évolue.

La règle des tiers permet donc de diviser son image en trois parties horizontales et trois parties verticales. Une bonne pratique consiste à superposer une grille imaginaire sur son image. Chacune des lignes est en fait considérée comme une ligne de force. Placer son sujet à l’intersection de ces lignes, impose une certaine lecture de votre composition par le spectateur.

regle-des-tiers-exemple-1

Sur cette image, le sujet filmé (l’oiseau) ne se situe sur aucun point de force défini par la règle des tiers.

 

regle-des-tiers-exemple-2

Ici, le sujet est pile sur le point de force supérieur droit de l’image.

Gardez toujours à l’esprit que pour un individu de culture occidentale, il sera toujours plus facile de porter l’attention sur un sujet situé à gauche du cadre. En effet, la lecture s’effectue de gauche à droite. Par exemple, il peut être intéressant de faire en sorte qu’un protagoniste occupe plutôt la partie gauche de la composition, et au contraire, que son antagoniste soit présent dans la partie droite de l’image.

La règle des tiers est malgré tout une règle de composition comme les autres. Cette règle peut parfaitement être transgressée et dans certains cas, cette transgression peut même rendre votre image encore plus pertinente.

Voici donc deux exemples simples, qui démontrent assez bien comment la transgression de la règle des tiers, peut avoir un impact significatif sur le sens que peut véhiculer une image.

transgresser-regle-des-tiers-exemple-1

transgresser-regle-des-tiers-exemple-2

De manière générale, je vous encourage à toujours garder à l’esprit que les règles ne seront jamais que des règles. Tôt ou tard, vous serez amenez à les transgresser afin d’affirmer votre intention créative de la façon la plus pertinente possible.

Connaissez-vous la série Mr. Robot ?

Voici un bel exemple d’une oeuvre qui ne se prive pas de transgresser la règle de composition la plus essentielle…

Libre à vous d’interpréter cette transgression comme vous le souhaitez. Personnellement, j’y vois une représentation formelle du propos de la série. C’est l’histoire de personnes qui ne respectent justement pas les conventions admises par la société. Voilà donc une manière très pertinente de retranscrire cette idée à un niveau purement cinématographique !

L’essentiel à retenir dans tout ça, c’est que l’intention créative prime sur toutes les règles pouvant être admises. Bien entendu, il vaut toujours mieux apprendre à maîtriser les règles avant de vouloir les transgresser. C’est pour cette raison que je vous encourage à suivre celles-ci avant d’aller plus loin.

Fondamentalement, n’oubliez jamais que le plan est la plus petite unité cinématographique.

Vous voulez faire du cinéma ?

Commencez par accorder une importance particulière au sens que vous souhaitez véhiculer à travers chaque plan. Et surtout, n’hésitez jamais à transgresser des règles de composition comme la règle des tiers, si vous êtes intimement convaincu(e) que cette démarche peut rendre votre film plus pertinent sur le plan artistique.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Contactez-moi

Je reçois votre message directement dans ma boîte mail, et je vous réponds dès que possible ;)

En cours d’envoi

 

1 HEURE DE FORMATION OFFERTE SUR

ADOBE PREMIERE PRO

  • Configurer le logiciel : découverte, optimisation et prise en main.
  • Monter votre film : organisation, rapidité et précision.
  • Ajouter des effets : les techniques et méthodes à connaître.
  • Travailler les couleurs : compréhension et méthodologie pro.
  • Travailler l'audio : faire un mixage propre étape par étape.
  • Finaliser votre film : titres, génériques, sous-titres et export.

 

MONTEZ VOS FILMS AVEC

ADOBE PREMIERE PRO

Remplissez le formulaire ci-dessous pour accéder au contenu.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Consultez votre boîte de réception

pour confirmer votre inscription.

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?