Vous avez une idée de scénario en tête, et vous aimeriez la concrétiser ?

La structure narrative vous intéresse, mais vous avez du mal à savoir comment enrichir votre histoire et maîtriser les notions dramaturgiques ?

Vous avez peut-être déjà lu des tonnes d’informations sur le sujet…

En réalité, vous cherchez simplement une synthèse de ce qui se fait de mieux en matière de storytelling.

Lorsque j’ai commencé à écrire les scénarios de mes premiers courts-métrages, c’était… hmm comment dire… intéressant 🙂

Je ne réalisais pas à quel point la structure et la dramaturgie pouvait m’influencer dans mes choix narratifs.

Et un jour je suis tombé par hasard sur les « 22 règles de storytelling selon Pixar »

Je me suis tout de suite dit : « Ok ! Ces gens-là seraient les premiers que j’écouterais, si je me lançais le défi insensé d’écrire le meilleur scénario du monde » (ouais rien que ça ! 😀 )

Mais à ce moment-là, je n’avais pas réalisé que ce que j’avais sous les yeux n’était qu’un bref aperçu de ces règles…

Un résumé extrêmement succinct, relayé sur de nombreux blogs et magazines que ne sont jamais vraiment intéressés de plus près à ces règles.

Notamment sur la bonne manière de les interpréter…

Avant de les publier à mon tour sur ce blog, j’ai d’abord essayé de remonter à la source.

C’est là que j’ai découvert que Stephan Vladimir Bugaj, ancien « Technical director » de chez Pixar (Les indestructibles, Cars et Wall-E), a écrit un livre entier pour revenir sur ces fameuses 22 règles.

Il tente notamment de clarifier les choses et d’y apporter une interprétation un peu plus juste.

Devant la richesse de cette nouvelle approche, je n’ai pas pu m’empêcher de contacter ce Stephan.

Je lui ai demandé si je pouvais en faire une traduction française officielle, et la publier sur mon blog.

Devinez ce qu’il a répondu… 🙂

Dans cette série de 22 articles, je vous propose de redécouvrir chacune des règles du storytelling selon Pixar, en adoptant un tout nouveau point de vue.

Note importante : La traduction qui suit est directement issue des propos de Stephan Vladimir Bugaj.
Le « Je » est donc celui de l’auteur à l’origine de l’œuvre.

Règle n°7 :

Déterminez impérativement la fin de votre histoire avant d’entamer son développement.
La résolution de votre intrigue est ce qu’il y a de plus délicat.
Travaillez dessus en priorité !

Comme je l’ai déjà mentionné dans la règle n°3, je suis entièrement d’accord sur ce point.

En fait je dirais même plus :

Vous devriez connaître la fin de votre histoire, avant même de connaître son début.

Savoir à l’avance comment votre histoire doit se terminer, donne en effet un but précis à votre travail d’écriture. Il est beaucoup plus facile d’avoir une vision claire de la direction à prendre pour atteindre la fin, si vous savez exactement où celle-ci se trouve.

La façon la plus efficace de s’engager dans une démarche structurée à ce niveau-là est la suivante :

    • Partez d’un concept dramatique de base, qui se construit selon l’évolution d’un postulat de départ, vers un nouvel état. (cf. règle n°4)

 

    • Définissez les détails de la fin de votre histoire. À savoir, la résolution de tous les conflits et les réponses à toutes les questions posées. Cela implique tout d’abord de savoir qui est le protagoniste sur un plan émotionnel, à la fin de votre histoire. Cela nécessite également de savoir comment le conflit principal sera résolu et comment cette résolution entre en corrélation avec les enjeux thématiques et les considérations philosophiques de votre histoire.

 

    • Définissez le début de votre histoire. À savoir, l’instauration du conflit (set-up), ainsi que le postulat de départ qui engendre toutes les questions qui seront développées par la suite. Ayez déjà une bonne vision de la direction que prendra l’intrigue et ses enjeux philosophiques. Établissez également la personnalité du protagoniste au début de l’histoire, toujours sur un plan émotionnel. Enfin, définissez le conflit central autour duquel tous ces éléments graviteront.

 

    • Définissez le milieu de votre intrigue en ayant à l’esprit que vous devez établir une liaison claire entre la fin et le début de celle-ci.

Certains d’entre vous se diront probablement « Tout cela semble très rigide » ou encore « Je ne peux pas suivre un modèle aussi structuré, car mes idées me viennent spontanément et simplement ». Je vous rassure, les miennes aussi. Mais n’oubliez-pas qu’il s’agit uniquement de la phase « partir d’un concept de base ». L’utilisation de ce modèle constitue un intermédiaire à une interminable suite de phases créatives habituellement guidées par des réflexions du genre : « J’ai une superbe idée ! Voyons ce que je peux en faire ! ».

Une fois que vous avez un concept de base, vous devez toujours structurer une histoire à partir de celui-ci. Parce que même s’il vous arrive d’avoir des flashs et de visualiser soudainement des histoires entières dans votre tête, il s’agit toujours uniquement de concepts de base. Il y aura toujours un travail préliminaire à faire pour transformer ce concept en histoire finie.

Le fait de penser en terme de structure, est une démarche qui peut vous éviter beaucoup de problèmes par la suite. Celle-ci constitue également une solution intéressante pour repenser ou remanier votre histoire à chaque nouvelle réécriture.

Demandez-vous….

Comment et sous quelle forme le concept de base a-t-il été amené à changé ?

La fin fonctionne-t-elle encore ?

Si ce n’est pas le cas, jusqu’à quel point le fait de changer cette fin, changera le reste de mon histoire ?

Il en va de même pour le début et le milieu de votre histoire. Jusqu’à ce que vous puissiez vous faire une idée globale de l’impact que peuvent avoir tous ces changements, avant de plonger dans les détails.

Si vous prenez vraiment le temps de décider dans quelle direction vous souhaitez vous orienter, vous trouverez toujours le moyen d’y arriver. Vous n’y arriverez peut-être pas du premier coup, mais cela vous éclairera sans doute sur une nouvelle direction à prendre. C’est d’ailleurs sur ce point-là, que le travail de réflexion et de réécriture de votre histoire tient justement tout son intérêt.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Contactez-moi

Je reçois votre message directement dans ma boîte mail, et je vous réponds dès que possible ;)

En cours d’envoi

 

VOTRE PREMIER FILM

EN 7 JOURS

  • Bien préparer votre projet
  • Développer votre idée
  • Écrire le scénario de votre film
  • Organiser le tournage
  • Tourner votre film
  • Monter votre film
  • Diffuser votre film
  • Les notions théoriques
  • Les actions à mettre en place
  • +40 ressources additionnelles

 

VOTRE PREMIER FILM

EN 7 JOURS

Remplissez le formulaire ci-dessous pour recevoir le guide.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Consultez votre boîte de réception

pour confirmer votre inscription.

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?